Evénements



Calendrier

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Villes intelligentes et droits humains. La régulation de la gestion immatérielle de la mobilité urbaine

Accueil > Communauté GOSPI > Thèses

Doctorant : Lamare Marine

  • Directeur : Froment Jean-Charles

Depuis une quinzaine d’années, le numérique a largement investi la ville, notamment le domaine de la mobilité urbaine, permettant ainsi une information toujours plus grande des citadins par les gestionnaires d’infrastructures de transport. Les individus sont également mis en réseau et communiquent via des objets connectés tels que les smartphones ; parfois, ils utilisent aussi des véhicules intégrant des systèmes embarqués les reliant directement à Internet. Grâce à ces évolutions technologiques, la mobilité est devenue un véritable pôle de production de données, telles que les données de géolocalisation. À cet égard, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) souligne dans un rapport, publié en avril 2015 et consacré aux mobilités à l’ère du numérique, que « [l]’explosion de la production automatique de données générées par des dizaines de milliards d’objets connectés sur la planète, pouvant ensuite être recoupées et analysées par des algorithmes puissants, entrera forcément en opposition avec la protection des libertés individuelles. C’est pourquoi la législation doit définir rapidement le cadre dans lequel l’innovation et le développement économique des start-up comme des grands groupes, utiles à la croissance, peuvent s’épanouir dans le respect des droits fondamentaux de l’individu ».