Evénements



Calendrier

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Conception pour la fabrication additive, application à la technologie EBM

Accueil > Communauté GOSPI > Thèses

Doctorant : Vayre Benjamin

  • Directeur : VILLENEUVE François
  • Laboratoire : G-SCOP

Les procédés de fabrication additive sont aujourd’hui de plus en plus utilisés dans l’industrie. Parmi les différentes technologies existantes, les procédés additifs métalliques, et notamment les procédés en couches, sont les plus prometteurs pour la conception de produits mécaniques. Destravaux ont été menés sur la thématique de la conception de produits réalisés par ces moyens, il traitent principalement du choix du procédé le plus adapté, de l’optimisation de formes ou présentent des cas de reconception. Il n’existe cependant pas de démarche globale de conception de produits qui permettent de prendre en compte les spécificités des procédés additifs en couches, notamment leurs contraintes de fabrication. Lors de ce travail de thèse, les changements que ces procédés introduisent dans le domaine des possibles en conception de produits ont été montrés et illustrés par des pièces réalisées par EBM. De nouvelles opportunités s’offrent au concepteur, comme l’accès à l’ensemble du volume de fabrication, la facilité de réalisation de pièces complexes, la possibilité de réaliser des treillis tridimensionnels et la capacité de produire des mécanismes sans assemblage. Les contraintes de fabrication de ces procédés sont spécifiques. Les phénomènes thermiques lors de la fabrication ont une incidence sur la fabricabilité et la qualité des pièces. La phase de retrait de poudre impose quant à elle des contraintes d’accessibilités. Pour prendre en compte cette évolution, il est nécessaire de concevoir spécifiquement les pièces pour la fabrication additive. Le procédé EBM est au centre du travail réalisé. Il s’agit d’un moyen de fabrication additive en couches, par fusion, à l’aide faisceau d’électrons. Les phénomènes thermiques, qui peuvent causer déformations et mauvaise intégrité de la matière, l’opération de dépoudrage et la problématique de la qualité des pièces fabriquées par EBM ont fait l’objet de caractérisations expérimentales. La durée de fabrication et le coût de revient technique des pièces réalisées par EBM ont également été étudiés, afin d’établir la relation entre durée, coût et géométrie des pièces. Pour de prendre en compte les contraintes explicitées auparavant, et pour bénéficier des importantes libertés que ce procédé offre aux concepteurs, une démarche de conception a été proposée. Cette démarche consiste à générer une ou plusieurs géométries initiales, soit directement par le concepteur, soit par l’utilisation d’outils d’optimisation topologique, à partir de données extraites du cahier des charges. Une fois le balançage de la pièce choisi (en prenant en compte les contraintes de fabrication, le tolérancement de la pièce et la productivité de la fabrication), la pièce est modélisée en incluant un jeu de paramètres pour effectuer une optimisation paramétrique. Cette optimisation permet de dimensionner la pièce, tout en prenant en compte les contraintes de fabrication. A l’issue de cette phase d’optimisation, la géométrie finale est obtenue en prenant en compte les exigences des opérations de parachèvement éventuelles et en définissant les supports, s’ils sont nécessaires. Cette démarche a été illustrée par la reconception de deux pièces mécaniques qui répondent aux exigences de leur cahier des charges fonctionnel, sont fabricables à l’aide du procédé EBM et offrent des gains de masse importants. Enfin, un chapitre particulier est consacré aux perspectives mises en évidence (et ayant parfois fait l’objet de travaux préliminaires) à l’occasion de ce travail de thèse.