Evénements



Calendrier

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

La contribution des firmes multinationales étrangères à la création technologique de la Région Rhône-Alpes

Accueil > Communauté GOSPI > Thèses

Doctorant : VILLA BORGES Ronaldo

Début de la thèse : 2004

  • Directeur : LE BAS Christian
  • Laboratoire : LEFI

Le déploiement d’activités de Recherche & Développement (R&D) à l’étranger par les firmes multinationales est une stratégie de plus en plus fréquente. Cela pose diverses questions aux territoires qui accueillent des filiales de firmes étrangères réalisant de la R&D : doivent-ils craindre une captation de leurs ressources et connaissances ou au contraire peuvent-ils en espérer une dynamisation de leurs processus collectifs de création de connaissances ? Les contributions scientifiques sur cette question sont partagées : certains avancent qu’en contrôlant des activités de R&D dans des régions étrangères, les firmes multinationales créent de possibles effets d’éviction en défaveur des firmes locales qui n’ont plus de relations fortes avec les sources de connaissances régionales. De plus, les firmes multinationales investiraient à l’étranger pour l’absorption des connaissances de pointe des régions étrangères hôtes, de manière à “ rapatrier ” celles-ci dans leur pays d’origine. Cette hypothèse de transfert inverse de technologie pourrait s’appuyer sur le fait que les connaissances circulent au sein de ces énormes réseaux d’innovation et de connaissances que sont les firmes multinationales. C’est l’hypothèse dite “ inter-firm reverse technology transfer ” (Criscuolo, 2002). Mais les firmes multinationales étrangères qui implantent ou contrôlent des activités de R&D dans une région peuvent également générer des externalités favorables aux autres firmes et acteurs de la région (Dunning, 1993). La vérification d’une telle hypothèse est l’objet de ce projet de recherche doctorale.